Accueil
plan partenaires contacts actualites docs
association
programmes
milieux
especes

 

La réserve naturelle de la tourbière du Grand Lemps

RN Située à 500 m d'altitude sur les communes de Châbons et le Grand-Lemps dans le Bas-Dauphiné, cette tourbière occupe un des nombreux vallons glaciaires des Terres Froides. Le fond de la dépression est recouvert d'une végétation paludéenne dense où l'eau libre représente encore 7 ha, les versants sont partagés entre prés pâturés, cultures et taillis de châtaigniers. La diversité des groupements tourbeux alcalins et acides, les particularités hydrologiques du site (sources limnocrènes), la richesse faunistique observée concourent à l'intérêt patrimonial exceptionnel du site.

 


Un patrimoine paléoécologique, floristique et faunistique exceptionnel

Les milieux tourbeux, et plus particulièrement les groupements à sphaignes, constituent l'originalité du Grand-Lemps. En effet, ces sphaignes, qui se développent habituellement sur terrains pauvres et acides, n'ont pu s'installer ici en milieu calcaire, qu'à la surface des radeaux végétaux, alimentés uniquement d'eau de pluie. On observe par conséquent l'apparition d'une tourbière de transition à sphaignes et drosera à feuilles rondes sur une tourbière alcaline à choin, drosera à longues feuilles et Liparis de Loesel.

La vaste roselière et les plans d'eau libres accueillent une faune remarquable étudiée de longue date par la Ligue pour la Protection des Oiseaux de l'Isère. Le butor et le blongios, deux hérons rares, fréquentent le site, ainsi que les busards des roseaux, cendré et Saint-Martin. Ce dernier forme en hiver un dortoir d’une cinquantaine individus. Le râle d'eau, le courlis cendré et les fauvettes aquatiques sont les oiseaux les plus caractéristiques de la Réserve.

Quatorze espèces de reptiles et d'amphibiens ont été observées ; parmi celles-ci, la tortue cistude d'Europe et le triton crêté sont très menacés. 45 espèces de libellules utilisent les différents micro-milieux de la Réserve, soit plus de la moitié des espèces connues en France.

Un suivi scientifique de la migration des amphibiens

A la fin de l’hiver, l’axe de migration prénuptiale des amphibiens se rendant des bois vers la tourbière coupe un axe routier, provocant leur écrasement massif par les véhicules. Afin de palier à cette hécatombe, AVENIR et la LPO Isère ont organisé, de 1996 à 2004, un sauvetage des amphibiens en montant chaque année à cette période des barrières amovibles permettant de recueillir les individus, de les identifier et de les relâcher de l'autre côté de la route. Le succès de cette opération a permis au Conseil général de financer courant 2004 l’aménagement d’un passage à petite faune, le plus long d’Europe avec 1 km de route équipée. Cet ouvrage exemplaire est maintenant l’objet d’une évaluation qui permet par ailleurs de continuer à suivre finement la population d’amphibiens concernée.

La seule réserve naturelle du bas-dauphiné

Depuis les années 70, la tourbière est connue et fréquentée par les scientifiques et les associations de protection de la nature de la région grenobloise. En 1992 le Conseil Général de l'Isère institue une zone de préemption sur l'ensemble du site. Le décret interministériel instituant la Réserve est promulgué le 22 décembre 1993, il est complété en 1994 par un Arrêté Préfectoral de Périmètre de Protection. L'année suivante, le Préfet confie à AVENIR la tâche de gérer la Réserve. La LPO Isère est associé à cette mission.

Une gestion concertée à dose homéopathique

Grâce à une gestion prudente de la Société Civile Immobilière du Lac, propriétaire de 9/10 du site, la tourbière a pu parvenir jusqu'à nous avec sa richesse biologique originelle. On peut cependant observer que l'absence d'entretien associé aux pressions anthropiques environnantes (autoroute, décharge, intensification de l’agriculture, …) accentuées dans les années 1970-80 aboutit à une fermeture progressive par densification des roselières et apparition de ligneux. Le plan de gestion réalisé en 1997 s'efforce d'engager des essais de gestion du milieu, conciliant intervention minimum et maintien des espèces patrimoniales.

Pour visiter la réserve

A l'heure actuelle, le site est un terrain privé non accessible au public. Cependant, il existe en périphérie, au niveau de la route qui longe la réserve, trois aires d'accueil avec des panneaux d'information et qui offrent un panorama sur le site. De plus, un Jardin de Tourbières dans la partie nord est ouvert depuis début septembre 2007, avec l'aménagement d'un sentier de découverte le long de la tourbière. En savoir plus


Télécharger le livret (6.38 Mo)


 
 

 
 
Les objectifs

  • Améliorer la qualité de l'eau pour assurer la pérennité de la tourbière et les espèces inféodées
  • Maintenir la diversité des habitats tourbeux en surveillant notamment la progression des bouleaux
  • Conserver la capacité d'accueil pour l'avifaune paludicole et les surfaces en eau libre
  • Préserver les populations d'amphibiens en limitant la mortalité par écrasement sur les routes
  • Ouvrir le site au public en périphérie
 
 


 Les objectifs
 Les espèces remarquables
 Surfaces et statuts

 Bibliographie

 Retour à la carte
 Les sites en chiffres




Crédit photographique :

  • Photos du haut, ci-contre et ci-dessous : Avenir

 
  Les espèces remarquables
 Plantes :
  • Laîche à deux étamines (Carex diandra) protégée
  • Laîche à fruits velus (Carex lasiocarpa) protégée
  • Laîche des tourbières (Carex limosa) protégée
  • Laîche paradoxale (Carex appropinquata) protégée
  • Linaigrette grèle (Eriophorum gracile) protégée
  • Liparis de loisel (Liparis loeselii) protégée
  • Lycopode inondé (Lycopodium inundatum) protégée
  • Petite utriculaire (Utricularia minor) protégée
  • Renoncule grande-douve (Ranunculus lingua) protégée
  • Rhynchospore blanc (Rhyncospora alba) protégée
  • Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) protégée
  • Rossolis à longues feuilles (Drosera longifolia) protégée
  • Thélyptère des marais (Thelypteris palustris) protégée
  • Mousse vernisée (Drepanocladus vernicosus) protégée
 Oiseaux :
  • Blongios nain (Ixobrychus minutus) protégée
  • Busard des roseaux (Circus aeruginosus) protégée
  • Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) protégée
  • Butor Etoilé (Botaurus stellaris) protégée
  • Courlis cendré (Numenius arquata)
  • Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) protégée
  • Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) protégée
  • Rousserole turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) protégée
 Reptiles :
  • Cistude d'Europe (Emys orbicularis) protégée
 Amphibiens :
  • Triton crêté (Triturus cristatus) protégée
  • Triton ponctué (Triturus vulgaris) protégée
  • Triton alpestre (Triturus alpestris) protégée
  • Crapaud commun (Bufo bufo) protégée
  • Grenouille agile (Rana dalmatina) protégée
  • Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata)
 Libellules :
  • Leucorrhine à large queue (Leucorrhinia caudalis) protégée
  
    
  Surfaces et statuts
  • Limite du bassin versant pluvial de la tourbière du Grand Lemps et zonage Natura 2000 retenu : Accéder à la carte
    
  Bibliographie    Haut de page